Mauritanie : un jeune ingénieur maure condamné à mort pour apostasie

Mohamed Cheikh Ould Mohamed Mkheitir, un jeune ingénieur de la caste des Maalemines (forgerons), vient d’être condamné à mort, ce jeudi 25 décembre 2014, pour apostasie. La justice, sous la pression d’une partie de la population, lui reproche d’avoir blasphémé sur le Prophète de l’islam. Faits qu’il nient en bloc depuis le 3 janvier 2013, date à laquelle, il a été détenu. Rappelons que la peine de mort n’est pas appliquée en Mauritanie depuis 1987.

mohamed_cheikh_ould_mohamedPour avoir dénoncé le système inique des castes dans la société maure qui relègue les gens de sa caste, « les forgerons », au bas de l’échelle sociale, à la lumière des enseignements du Prophète Mohammed qui auraient pu, sources à l’appui, l’inspirer, Mohamed Ould Mkheitir vient d’être condamné à mort pour apostasie. La justice lui reproche d’avoir tenu des propos blasphématoires à l’égard du prophète de l’islam. Ce qui est synonyme d’avoir renié à sa foi et passible de condamnation à mort dans une République islamique, sauf que le jeune Ould Mkheitir n’a fait que reprendre des faits historiques avérés, sources religieuses à l’appui, pour étayer son argumentaire sur la marginalisation de sa caste considérée comme des parias dans une société maure fortement et injustement hiérarchisée.
Des défilés et des marches ont été organisés à Nouakchott et à Nouadhibou (théâtre du procès et des faits) ponctués par des Allahou Akbar ( Dieu est grand !) pour l’expression de joie de manifestants dont la plupart n’ont peut-être jamais lu le texte ou ont reçu l’information déformée. Une foule fanatisée victime du silence coupable des oulémas (savants religieux) du pays vient de parader l’assassinat d’un être humain et d’un musulman. Elle vient de fêter un verdict d’opérette. Elle vient d’infliger une gifle à l’esprit de l’islam. Elle vient de fêter une injuste condamnation à mort, pire, elle vient de condamner les idées de quelqu’un qui aurait pu faire avancer le débat sur ces questions sociales inégalitaires que la société maure, l’élite maure entretiennent depuis toujours, au lieu de les regarder en chiens de faïence. Elle vient de clouer au pilori un brave jeune homme qui a osé toucher du doigt un mal à éradiquer. Elle vient de fouler la liberté fondamentale d’expression en condamnant à mort un innocent non, au nom de la religion mais au nom d’un système féodal qui perpétue les inégalités. Elle a surtout failli aux enseignements du Coran et du Prophète parce que l’accusé a, dans une réponse à ses contempteurs, témoigné son profond respect pour le prophète de l’islam et s’est même repenti pour ceux qui n’auraient, consciemment ou inconsciemment, pas compris le fond de son article. Une pétition vient d’être rédigée par la société civile pour protestations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *